Girl Power : Quand la BD libère les femmes (ou pas)

Cette analyse de dix albums de bande dessinée contemporaine réalisés par des femmes et centrés sur des personnages féminins a pour but de faire connaître et de valoriser la production des autrices de BD contemporaines à l’occasion de la journée du droit des femmes. Plus précisément, il s’agit de s’interroger sur la façon dont les femmes sont représentées au sein de cette production, en demandant en particulier dans quelle mesure ces représentations sont des stéréotypes – c’est-à-dire à des clichés, des images toutes faites qui réduisent les femmes à certains rôles bien définis. Les autrices du corpus utilisent-elles ces clichés, et si oui, est-ce pour les renforcer ou pour les tourner en ridicule ? D’ailleurs, dans quelle mesure est-il vraiment possible de se libérer de ces représentations stéréotypiques ?

 Ce texte est issu d’une conférence donnée à la médiathèque de Villejuif le 17 mars 2018 à l’occasion de la journée du droit des femmes. Il a été écrit en collaboration avec Irène Le Roy Ladurie, doctorante en littérature comparée à l’université de Bourgogne/Franche-Comté, sous la direction d’Henri Garric, spécialiste de la représentation du corps, du désir et de l’érotisme.

Irène et moi-même remercions chaleureusement Emmanuelle Maillard ainsi que l’ensemble de l’équipe de la médiathèque pour la sélection du corpus, l’organisation de la journée, et l’engagement dont elles ont fait preuve.   

Présentation du corpus :

  • Nine ANTICO : Girls don’t cry / Tonight / America (Glénat – 2010/2012/2017)
  • Anne BARAOU : Une demi-douzaine d’elles (L’Association – 2009)
  • Alison BECHDEL : Fun home (Denoël – 2006)
  • Véronique CAZOT et Madeleine MARTIN: Et toi quand est-ce que tu t’y mets ? (Fluide Glacial – 2011)
  • DIGLEE : Forever Bitch (Delcourt – 2013)
  • Julie MAROH : Le bleu est une couleur chaude (Glénat – 2013)
  • Margaux MOTIN : J’aurais adoré être ethnologue (Marabulles – 2009)
  • Carole MAUREL : Luisa ici et là (La boite à bulles – 2016)
  • Aude PICAULT : Idéal standard (Dargaud – 2017)
  • Liz PRINCE : Garçon manqué (Çà et là – 2014)

1) Les “tranches de vie” 

Ce premier ensemble de bandes dessinées a comme point commun le genre de la « tranche de vie »: un genre réaliste, parfois humoristique, illustré par des autrices des années 1990 et 2000.

L’ouvrage d’Anne Baraou et Fanny Dalle-Rive, Une demi douzaine d’elles, est un recueil de caractères féminins. Chaque personnage incarne un trait de personnalité (naïve), un événement du corps (la grossesse) ou une situation sociale (être écrivaine). Chaque femme n’est cependant pas réduite à un seul trait ; elles sont toujours croquées dans des moments où deux aspects différents de leur vie entrent en conflit. Les personnages se croisent comme dans un film choral et par leurs rencontres s’éclairent de nouveaux aspects de leur personnalité. Ainsi l’ouvrage répond à des contraintes, puisque chaque épisode est consacré à un personnage, et chaque personnage doit en rencontrer un autre au cours de son récit.

Avec Idéal Standard, Aude Picault livre une histoire complète, mais qui, contrairement à ses récits précédents, n’est pas directement directement autobiographique. Contributrice active des blogs BD du début des années 2000, Picault s’est aussi beaucoup illustrée dans les anecdotes quotidiennes humoristiques. L’album raconte un moment de la vie de Claire, infirmière en néonatalogie, célibataire qui rencontre Franck et pense fonder une famille avec lui. Claire aspire à ce qu’elle imagine être la vie de tout le monde, la vie rêvée d’une citadine hétérosexuelle, et elle déchante progressivement, face à l’égoïsme de son compagnon et les fortes pressions sociales autour de ce que doit être et faire une femme “idéale”. Le dessin, simple et rond, très clair, met en scène les implicites de la vie quotidienne, tout en ménageant des moments humoristiques.

Nine Antico vient de la bande dessinée alternative et a commencé par la veine autobiographique avant de se lancer dans la série des aventures de Pauline. Cette série à caractère humoristique est de forme mixte, à la fois inscrite sur le temps long et composée de planches-gag. Elle retranscrit les aventures de Pauline, une fille rétro et contemporaine dessinée dans le style glamour des fifties américaines, groupie à ses heures perdues, malheureuse en amour, qui met ses amies au-dessus de tout. Elle incarnerait elle aussi la tranche d’âge de la jeune femme hétéro (un peu comme Claire d’Idéal Standard, mais en plus excentrique). Commencée avec Girls don’t cry qui collectionne des anecdotes de la vie de Pauline à la fac, la série continue avec Tonight qui rassemble les soirées type de Pauline et où celle-ci raconte le début de son histoire d’amour avec celui qui la quitte dans America (le troisième et dernier tome). Nine Antico refuse l’étiquette de « girly », mais ne veut pas faire de ses bd une tribune militante, ce qui participe à donner à son travail un côté déroutant.   

2) La quête d’une identité

Alison Bechdel dédie Fun Home à la figure de son père disparu; elle y dévoile la double vie de son père et les raisons réelles de son décès (suicide ou accident ?). Ce père professeur d’anglais et directeur d’un funérarium (d’où le titre de la BD), ce père, donc, a caché toute sa vie à Alison son homosexualité. Un jour, alors qu’elle découvre sa propre homosexualité, la bizarrerie qu’elle constatait chez son père se révèle être une homosexualité refoulée; elle l’apprend à demi mots de sa part et, après son décès, de sa mère. Revisiter les secrets de son père, c’est aussi l’occasion pour l’autrice de revisiter cette enfance traversée par le non-dit, la violence – morale et physique – de son père pris dans l’étau du conformisme de sa vie provinciale. L’autrice module savamment les souvenirs à des références littéraires et offre dans cette autobiographie la vision très pointue de la construction d’une identité personnelle et sexuelle.

Le bleu est une couleur chaude, de Julie Maroh, a très vite été auréolé de succès, au point de faire l’objet d’une adaptation au cinéma par Abdellatif Kechiche sous le titre « La vie d’Adèle ». Dessiné dans un style empruntant à un imaginaire adolescent (le manga, la bd pour jeunes filles ou encore les ouvrages d’Yslaire), la bd est un one-shot qui raconte l’histoire de Clémentine, adolescente peu à l’aise avec la sexualité hétérosexuelle qui tombe sous le charme d’Emma, une étudiante en arts plastiques dont le signe distinctif est le bleu de ses cheveux, courts. Elles vont vivre une histoire d’amour peu acceptée par l’entourage, qu’il s’agisse des camarades de Clémentine ou de ses parents. Après quelques années, Clémentine tombe gravement malade puis meurt, laissant derrière elle un journal intime qui constitue en réalité le point de départ du récit. A tonalité très mélancolique, cette bande dessinée qui traite de la difficulté d’être soi entre le jugement des autres et les stéréotypes que la société impose, introduit dans une bd grand public “adolescente” un puissant érotisme. Habillée par un lavis d’encre de Chine, l’album utilise la couleur bleue comme seule signe qui distingue l’être aimé (Emma).   

3) L’enfance et l’adolescence face aux pressions sociales

Les deux albums suivants sont centrés sur des expériences de jeunes fillet et jeunes femmes qui grandissent dans un environnement normatif, lequel leur impose des comportements spécifiques dans lesquels elles ne se reconnaissent pas.

Garçon Manqué est un album axé sur l’expérience personnelle de l’autrice, Liz Prince, issue de la BD américaine indépendante. Prince revient sur son enfance et sa préadolescence en tant que “garçon manqué”, c’est-à-dire, essentiellement, en fille qui ne s’identifie pas aux personnages féminins des fictions qui l’entourent et qui n’aime pas porter des robes, ni faire ce que font les fills de son âge. Elle est confrontée au regard de ses camarades qui tantôt la traitent de lesbienne, tantôt l’accusent de vouloir être un garçon, ce qui la conduit douter de son identité. Pourtant, au fil de l’album, Liz acquiert le vocabulaire nécessaire pour dire qui elle est: un garçon manqué, c’est-à-dire une fille, puis une femme, qui ne se reconnaît pas dans les comportements typiquement ‘féminins”.  L’album est très didactique et met en scène la définition du genre comme un ensemble de comportements qui ne sont pas nécessairement liés au sexe biologique ou aux préférences sexuelle : Le genre, ce n’est pas le sexe (Prince ne souhaite pas que l’on cesse de la considérer comme une femme) ;  ce n’est pas non plus les préférences sexuelles (elle n’est pas non plus attirée par les femmes).

Comme Ecumes, autre récit illustré par Maurel, Luisa : Ici et là est une biographie fictionnelle qui a pour toile de fond l’homosexualité féminine mais s’intéresse davantage à décrire le cheminement des personnages qu’à interroger le désir sexuel. L’album qui met en scène la rencontre entre Luisa adulte et Luisa adolescente. La confrontation de leurs points de vue, entre l’idéalisme un peu naïf de Luisa jeune et la résignation réaliste de Luisa adulte force le personnage à affronter ses contradictions, et l’encourage à s’interroger sur ses choix de vie et  notamment à assumer son désir. La rencontre à travers le temps de Luisa jeune et Luisa adulte se résout lorsque les deux, ensemble, tiennent tête à leur mère et refusent la loi du secret et du déni qu’elle représente (confrontation qui apparaît également dans Fun Home).

4) un humour “féminin” ? 

Enfin, trois albums affichent une tonalité clairement humoristique : J’aurais adoré être ethnologue de Margaux Motin, Foverver Bitch de Diglee, et Et toi, quand est-ce que tu t’y mets ? de Véronique Cazot et Madeleine Martin. Les trois dessinatrices ont des profils similaires : elles viennent de la presse et du blog BD en ligne, et adoptent un graphisme souvent décrit comme « girly », qui se distingue graphiquement par des silhouettes longilignes, des visages simplifiés et une attention particulière à la mode, et thématiquement par un intérêt pour les petits riens de la vie quotidienne.

L’album de Cazot et Martin est publié par Fluide.G, label de Fluide Glacial qui se veut “sexy et féminin” – laissant à supposer que l’humour de Fluide Glacial est masculin par essence, ce qui pose déjà question. Les gags sont centrés autour de la position atypique de Jeanne, un trentenaire qui ne veut pas d’enfant et qui est forcée de se justifier dans un monde où la maternité est souvent présentée comme un passage obligé.

J’aurais adoré être ethnologue est un recueil de gags en 1 page, dans le prolongement direct du blog de Motin qui a lancé sa carrière.  L’autrice y évoque son quotidien de trentenaire, avec  son compagnon, sa fille, son travail, ses amies et ses passions (notamment les vêtements et chaussures).

Dans Forever Bitch, de Diglee, les gags en 1 page composent le récit de trois copines trentenaires et de l’évolution de leur vie amoureuse – l’une se marie, l’autre traverse une rupture, la troisième s’installe avec un père célibataire. L’album est, encore une fois, typique du style « girly ». Pourtant, l’autrice, qui se revendique “illustratrice, lectrice, féministe”, a opéré depuis sa sortie en 2013 une sorte de revirement, disant qu’elle en avait assez de voir son travail résumé à la frange humoristique et « girly ». Elle a depuis publié dans des registres très différents, notamment avec Libres ! Manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels, scénarisé par Ovidie.  En cela, elle est comparable à Pénélope Bagieu, autre autrice issue des blogs féminins, dont le travail s’est développé au-delà des frontières du genre.

Questions transversales (40 min) :   

– La représentation du corps et du désir

Ces bandes dessinées écrites et dessinées par des femmes ont pour avantage de poser un premier pacte de lecture : par l’intime connaissance que les autrices ont de leur corps, elles seraient plus à même de le rendre de manière authentique dans sa forme et ses désirs. En effet, la BD et notamment la BD érotique, souvent écrite et dessinée par des hommes, a été accusée de caricaturer le corps des femmes au profit de fantasmes spécifiquement masculins, et de le déformer au point de véhiculer de fausses images culpabilisantes du féminin. Cependant on peut voir que certaines autrices ne prennent pas le parti de sortir de l’idéalisation du corps féminin… cela peut avoir une raison spécifique et être cohérent dans le discours que l’autrice tient sur ces héroïnes.

Dans ces corpus le corps féminin se dépouille parfois des attraits de la pin-up classique des albums franco-belges (on pense par exemple à la Natacha de Walthéry). Chez Anne Baraou et Fanny Dalle-Rive, par exemple, même si elles représentent des scènes de sexe, les femmes sont dessinées selon un code minimaliste qui a tendance à limiter les différences de genre, sans pour autant effacer la dimension érotique. Dans Idéal Standard, Claire est sans cesse confrontée à des images de corps irréalistes, auxquels elle est poussée à s’identifier. Aude Picault revendique un dessin des corps “normal”, c’est-à-dire un dessin  qui correspond à une norme physiologique et sociologique ; en cela, son trait peut avoir un aspect un peu normatif. Mais le propos d’Aude Picault est la banalité du quotidien : ainsi, ses personnages sont dotés d’une sexualité, d’affects physiques et de sensations réalistes, comme on le voit par exemple lors de la scène où le personnage principal confesse ses blocages sexuels auprès de son amie kinésithérapeute : c’est au cours d’une séance de soin du corps que la parole se libère, entre femmes. A l’autre bout du spectre, on trouve des BDs comme Fun Home et Le Bleu, dans lesquelles la sexualité est l’une des thématiques centrales et qui témoignent de partis pris assez originaux.

On a ainsi beaucoup entendu parler de la polémique qui opposait Julie Maroh, l’autrice du Bleu, à Abdel Kechiche, avec son adaptation cinématographique dans La vie d’Adèle. Maroh reprochait au réalisateur de faire de cette histoire d’amour lesbienne une sorte de porno-chic hétéro mettant en scène des clichés sur l’amour lesbien. Par contraste, on peut apprécier la mise en scène de l’érotisme lesbien dans cette bd. Le coup de force de Maroh passe par le fait d’avoir mis au centre d’une narration qui s’adresse au public jeunesse/ado une romance érotique. La représentation du désir est particulièrement travaillée grâce à une contrainte graphique: l’usage du bleu. Celui-ci renvoie à la période passée, le récit de l’amour d’Emma et Clémentine, racontée par le journal intime de cette dernière. Ainsi le choix du lavis/gris évoque le passé (le flash-back) mais l’intensité de la couleur bleue vient guider le regard du lecteur et souligner le caractère précieux des souvenirs mis en scène. Le bleu sur les cheveux d’Emma passe insensiblement, dans les fantasmes érotiques de Clémentine, sur la main qui caresse et donne du plaisir. Le sens du titre est ici explicité par la superposition d’une couleur à une intensité érotique. Le corps des héroïnes répond à des codes de la bd adolescente: une forme d’androgynie, des traits exagérés (les grands yeux), des postures et des vêtements, mais ceux-là renvoient peu à peu au développement original d’une identité de genre. On voit que Clémentine développe une allure caractérisée comme plus féminine (longs cheveux, jupes), quand Emma, elle, conserve une allure très garçonne. L’androgynie d’Emma s’explique par des choix (militants) et l’accoutrement de Clémentine par son refus de l’exposition trop nette d’une différence. Malgré tout, le dessin conserve une sobriété dans le dessin des corps, peu d’exagération, peu de sexualisation.

Chez Bechdel, le corps désirant est montré sans pour autant être l’objet de la mise en scène. En effet le corps d’Alison est exposé dans la pulsion de savoir et de connaissance qui accompagne la découverte de la sexualité, et chez cette jeune femme intellectuelle cela passe d’abord par les livres. Il se livre aussi au prisme du désir paternel, via le regard du désir de l’homme sur d’autres hommes.

    – l’usage des stéréotypes 

Au vu de l’ensemble des BDs du corpus, la question qui se pose tout de suite est celle de la distinction entre un type et un stéréotype. La différence se joue d’abord en termes de connotation: là où le type appartient au vocabulaire sociologique ou moral (on dit « c’est le type de femme qui travaille à mi-temps pour s’occuper de ses enfants » ou « c’est le type de fille qui trompe son copain ») et est relativement neutre car il propose un jugement individuel, le stéréotype, voisin du préjugé et porte une connotation très péjorative, se remplace facilement par l’idée de caricature. En effet le stéréotype est un jugement qui porte implicitement ou explicitement sur un groupe (on dit « toutes les femmes sont menteuses »). On le voit, la différence est ténue. Dire « c’est le type de fille qui trompe son copain », c’est charrier sans le vouloir tout un lot de stéréotypes: les filles sont faibles, hypocrites, menteuses, manipulatrices etc.

Dans ces BDs  les autrices tentent d’apporter toutes à leur manière un éclairage sur le vécu ou l’existence féminine : on oscille entre la nécessité de faire des généralités (d’en recourir donc au type, comme par exemple Claire dans Idéal Standard) et l’envie de jouer avec les stéréotypes (c’est-à-dire les catégories culturellement et socialement construites pour définir des attitudes typiquement féminines). Par exemple, on peut se demander si Margaux Motin, qui met en avant très directement le stéréotype de la jeune femme branchée au prétexte de rire de soi, ne court pas le risque de reconduire des a priori négatifs sans grande distance critique.

Selon les féministes, le féminin est une identité particulièrement caricaturée en divers stéréotypes: là où l’homme s’entendrait immédiatement comme une identité universelle, ouverte à toutes possibilités, l’identité féminine se comprend comme un éventail restreint de choix: par exemple la vierge ou la putain, ou encore cette version moderne qu’est la pin-up, synthèse entre la vamp et la femme enfant. Chez Nine Antico, Pauline joue des stéréotypes par l’ensemble de son attirail : la blonde écervelée, les lunettes de Lolita qui renvoie à la femme-enfant, le graphisme 50s de la pin-up. Elle-même véhicule des stéréotypes: l’obsession pour la cellulite, le culte de la romance au point de minimiser ses relations amicales. Mais Pauline n’est pas une super-héroïne, et c’est souvent ses petites lâchetés, ce moment où Pauline agira de manière stéréotypique qui nous fait rire d’elle et nous moquer, avec tendresse. Dans Une demie-douzaine d’elles, au contraire, les autrices partent d’un type (la femme enceinte, la fille idéaliste, la fille libérée, la femme jalouse) et étayent le personnage en la confrontant à des dilemmes moraux: par exemple, la femme idéaliste et altruiste qui se sent envahie par les autres, la femme jalouse et trompée qui décide finalement de ne pas confronter son mari. Dans des épisodes d’éducation, les héroïnes sont confrontées à la manière dont, de génération en génération, des stéréotypes sont intériorisés par les actrices elles-mêmes. Ainsi, dans des récits plus longs et plus psychologiques comme Le bleu ou Fun Home, le sort des héroïnes n’est pas gouverné par un type mais au contraire, il s’agit pour les personnages de lutter contre des stéréotypes qui leur sont imposés – ou autrement dit de ne pas réaliser le stéréotype de genre dans lequel la culture dans laquelle elles grandissent leur impose : en l’occurrence la petite fille parfaite pour la jeune Alison face à son père, ou encore les remarques homophobes des camarades de Clémentine. De même il s’agit aussi pour les héroïnes de comprendre le type de sexualité par laquelle elles sont attirées, la culture gay à laquelle cela les rattache  bon gré mal gré, et comment elles peuvent chercher ou non à combattre des stéréotypes attachés à cette culture ou bien vivre de manière indépendante par rapport à des groupes. L’exemple frappant est la relation entre Clémentine et Emma, Clémentine vit sa sexualité de manière intime et secrète, quand pour Emma sa sexualité entre dans la continuité d’un militantisme, d’une position sociale et politique. C’est l’un des aspects qui les oppose et qui conduit à leur désunion au cours du récit.

– les choix esthétiques et typographiques : une grammaire visuelle du féminin ? 

Dans cette partie, il est question des codes graphiques qui sont associés, dans le monde de l’édition de BD, aux femmes et au féminin. En observant les choix de présentation qui sont faits sur l’ensemble du corpus (très varié en termes de format, d’éditeur, etc), on remarque que certains traits semblent récurrents.

Le premier marqueur de féminité est l’usage de l’écriture cursive, qui se retrouve sur les couvertures de Motin ou Diglee, mais aussi dans les reproductions de journaux intimes de Bechdel et Maroh, et qui connote le studieux, l’artistique, l’intime.

Plus particulièrement, dans les textes qui utilisent la grammaire esthétique du “girly”, les personnages sont longilignes, avec des visages lisses et des traits doux, juvéniles. Les peaux sont souvent entièrement blanches, à l’exception de pommettes roses, ce qui accentue l’aspect de poupée ou de petite fille. Ces images sont directement héritées de la publicité et du mannequinat, qui valorisent la blancheur, la minceur et la jeunesse. Elles permettent d’étiqueter immédiatement la publication comme destinée à un public féminin.

Sans surprise, les choix de couleurs sont également extrêmement connotés. Il y a un éventail de possibilités, avec d’un côté les autrices qui revendiquent une féminité traditionnelle (tout en rose) et de l’autre, celles dont le graphisme crée une rupture avec les représentations graphiques de l’ultra-féminité. Elles le font soit en utilisant le noir et blanc et des couleurs neutres (Picaut, Prince, Baraou), soit de façon intéressante, en thématisant ouvertement l’usage du bleu (couleur associée à la masculinité dans la culture contemporaine) : les lavis que Bechdel utilise sont bleu-gris (selon les éditions, la couleur ressort différemment), tandis que la couleur iconique du livre de Julie Maroh est le bleu électrique des cheveux d’Emma. Dans les deux cas, c’est cette couleur qui domine dans les scènes d’amour.

Dans ce contexte, on peut s’intéresser au titre “le bleu est une couleur chaude” : cette affirmation est une revendication, puisque le bleu est, en théorie, une couleur froide. A travers cette phrase, Maroh nous invite à reconsidérer la valeur du bleu comme une couleur sensuelle, “chaude” parce qu’associée à l’amour – peut-être peut-on penser que le bleu joue, chez Maroh, le rôle que joue le rose chez d’autres auteurs. Il est en tous cas renversé ici en tant que couleur traditionnellement attribuée au masculin. Maroh, on l’a vu, joue sur l’ambiguïté de corps androgynes, dont la féminité n’est pas exagérée. Par exemple, sur la couverture, Emma vue de dos a un corps très osseux et sec, qui pourrait très bien être celui d’un jeune garçon : cette ambiguïté du personnage fait écho au choix du bleu.

Dans Fun Home, de même, Bechdel s’émancipe des codes visuels stéréotypiques du féminin en ayant recours au dessin d’après photo (elle se prend elle-même pour modèle, d’après photo). Les résultats sont opposés au « girly »: pas de couleurs, pas d’exagération, et un traitement du corps qui se veut plus réaliste dans ses proportions et sa représentation.

– L’humour

On se concentre ici sur les 3 albums  d’humour. On a vu qu’ils présentaient des ressemblances stylistiques fortes, notamment pour ce qui est de l’apparence des héroïnes. Pourtant, cette plastique parfaite est subvertie par la mise en scène de moments transgressifs, où ces femmes soudainement se tiennent mal, jurent, c’est-à-dire qu’elles vont à l’encontre des injonctions de féminité qu’elles respectent la plupart du temps. Une question en particulier se pose, celle de la récupération par les autrices de termes négatifs voire injurieux associés à la féminité : Motin, pour parler des chaussures à talon haut qu’elle vient d’acheter, évoque “de la bonne chaussure de putasse”. Sachant que c’est exactement le type de chaussure que portent les mannequins dans les magazines, et qu’elles sont aussi présentées par Motin comme des objets de désir, l’association avec la prostitution (conçue ici comme une activité dévalorisante liée à une promiscuité sexuelle condamnable) peut paraître étonnante.

On trouve également ce processus chez Diglee, qui a fréquemment recours au terme “bitch” (et d’autres dérivés comme « biatch », « slut », etc, particulièrement dans la bouche du personnage de Maud au sein du récit). Dans une interview, cette dernière explique être « réellement sceptique en tant que femme, face à la vulgarisation de ce terme et en même temps fascinée par le phénomène. » Elle précise qu’elle utilise le terme sans le cautionner, parce qu’il fait partie du lexique de notre époque et que son intention est de donner à voir cet usage plutôt que de le juger.

Il est vrai que la récupération de termes injurieux est un mécanisme que l’on retrouve fréquemment dans les groupes minoritaires stigmatisés : par exemple, aux États-Unis, le terme « nigger » est une insulte extrêmement violente, que les Afro-Américains se sont réapproprié dans un usage courant (mais qui est toujours insultant s’il est utilisé par des personnes extérieures à cette communauté). Cependant, il me semble que dans ce cas précis, ces termes sont symptomatiques du fait que l’humour de Motin et Diglee repose sur une logique de dévalorisation de soi. Dans la quatrième de couverture de son album, Motin dit qu’elle “aurait adoré être ethnologue” mais qu’elle est  « une grosse feignasse » et que « tout ce [qu’elle] sait faire, c’est dessiner », ce qui est nécessairement faux en partie, et extrêmement dévalorisant pour elle. Même chose lorsque Diglee montre un de ses personnages qui change sa vie de fond en comble, trouve un travail qui lui plaît, mais pour qui  le plus grand changement possible reste la couleur de son vernis à ongles.

Pour bien comprendre ce qui se passe, il faut comprendre comment fonctionne l’humour : quand on rit, on rit d’une personne ou d’un comportement : c’est une moquerie, une forme de domination qui définit ce qui est risible ou pas. D’ailleurs, c’est en ce sens que Et toi, quand est-ce que tu t’y mets ? se distingue des deux autres. Ici, ce dont on se moque, ce n’est Jeanne, mais bien les personnes qui cherchent à lui imposer la maternité comme une source de bonheur parfait. C’est pour cette raison que les albums de Motin et Diglee sont les plus paradoxaux de la sélection: chez elles, les héroines sont source de ridicule en raison de la tension entre deux aspects, celui d’un personnage doté d’une capacité d’action pour résoudre de vrais problèmes, et celui d’une fille superficielle qui ne s’intéresse qu’à son apparence. De fait, cette  dualité est présente dans la vie courante de nombreuses femmes, qui jonglent entre leur envie de renvoyer une image positive et les autres responsabilités de leur vie (et c’est parce que cette tension est partagée par la lectrice qu’elle peut être drôle). Cependant, choisir de fonder son humour uniquement sur cet aspect crée, de fait, des malentendus. Par exemple, peu de temps après la publication de Forever bitch, Diglee a confié sur son blog se sentir mal à l’aise vis-à-vis de l’association systématique entre son travail et l’esthétique « girly » :

Quand l’étiquette du « Girly » est arrivée, j’ai cru bon d’en jouer, de me l’approprier, d’en rire. Un élément isolé mis en lumière par ci par là pour la blague, c’était drôle. Jusqu’à ce que cet infime, cette bribe, cet échantillon prenne le dessus, englobe tout mon travail, et annihile tout effort d’écriture, de réflexion, d’émotion.[…] En voulant rire de ma superficialité ponctuellement, je l’ai fait exister davantage, je l’ai érigée en vérité, et me suis enfermée dans une image réductrice que je pensais pourtant combattre. (Diglee sur son blog le 30 septembre 2013)

L’amertume du témoignage de Diglee est, en définitive, un signe de la puissance du stéréotype : indépendamment des intentions qui président à leurs usages (humour, chronique, subversion, ironie) les représentations stéréotypiques tendent bien souvent à renforcer les préjugés sociaux dans lesquelles elles s’inscrivent.

 


One thought on “Girl Power : Quand la BD libère les femmes (ou pas)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.