[Hors-série 1/2] : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le doctorat…

 

From Sex Criminals #10 p. 3 (M. Fraction and C. Zdarsky)- detail

J’ai décidé d’écrire ces deux billets suite à une formation doctorale organisée le 20 novembre 2017 à l’Université Bordeaux Montaigne par une équipe de doctorantes. L’idée était de rassembler des témoignages de doctorant‧e‧s proches de la soutenance, de façon un peu informelle, pour permettre aux étudiante‧s moins avancé‧es de bénéficier de conseils et d’expériences, notamment autour de la façon dont se gère le « temps de la thèse », ces trois années ou plus de travail solitaire et souvent incertain. Les organisatrices voulaient aborder les problèmes concrets que l’on passe habituellement sous silence : « travailler efficacement », mais aussi « combiner travail et vie privée » ou « lutter contre la culpabilité ».

J’étais parmi les intervenants, et c’était la première fois que j’évoquais ma vie privée devant un parterre de parfaits inconnus ; je l’ai fait parce que j’aurais aimé, moi, entendre un témoignage de ce genre avant mon entrée en thèse. A la fin de la présentation, au moins 5 personnes (sur la vingtaine de présents) m’ont explicitement remerciée d’avoir abordé ces questions qui relèvent du non-dit. Ce sont elles qui m’ont convaincue de l’utilité de partager plus largement mon expérience.

Conseils

Trouvez des soutiens. Le/la directeur‧trice de thèse, mais aussi les collègues qui travaillent dans la même discipline ou la même branche, les autres doctorant‧e‧s de votre ED, sont des personnes ressource qui pourront vous conseiller et partager leur vécu. Parler avec eux n’est pas une perte de temps ; la construction d’un réseau de relations professionnelles fait partie intégrante de votre tâche en tant que jeune chercheur‧euse.

Apprenez à vous connaître. Tout le monde ne travaille pas de la même façon, et ce qui fonctionne pour le voisin n’est peut-être pas efficace pour vous. Trouvez les lieux, les horaires et les conditions de travail qui vous permettent de nous sentir bien. Acceptez que certains facteurs peuvent vous êtres défavorables, même s’ils sont socialement valorisés (se lever tôt, travailler au bureau, travailler longtemps etc.)

Travaillez moins pour travailler mieux. Vous êtes votre propre outil de travail. Vous êtes la seule personne, en l’état actuel des choses, qui dispose du temps et des compétences nécessaires pour mener à bien votre projet ; vous n’êtes donc pas remplaçable. Inutile donc de vouloir reproduire des pratiques toxiques à l’œuvre dans l’entreprise privée.

Prenez du temps pour vous. Votre travail ne sera pas meilleur s’il est l’unique centre de votre vie. Vous pouvez avoir des projets exigeants qui relèvent du domaine privé (avoir un enfant, pratiquer un sport de haut niveau…) ; cela vous forcera à mieux délimiter le temps consacré aux différents domaines de votre vie, à être plus efficace, et aussi à vous rappeler que la thèse est « juste » votre travail, pas l’alpha et l’oméga de votre existence.

Variez les activités de façon à alterner échéances courtes et longues. Le travail de doctorat implique de combiner la recherche au long cours avec d’autres travaux plus ponctuels : enseignements, tâches administratives, organisation de manifestations scientifiques, présentation de votre travail dans des colloques, rédaction d’articles, voire travail associatif, bénévole etc.

Une bonne thèse est une thèse finie. La thèse est un passage, ce n’est pas une fin en soi ; ces recherches, ou des recherches connexes, continueront sans doute à vous occuper de nombreuses années. Afin de progresser, il faut accepter cela et se dire qu’il arrive un moment où la thèse doit être rendue et soutenue, même si vous n’êtes pas pleinement satisfait‧e.

La vie ne s’arrête pas après la thèse. Dans les derniers mois avant le rendu, commencez à planifier la suite, en termes professionnels et personnels. Que votre prochain projet soit l’organisation d’un colloque, l’ouverture d’un blog, ou plus prosaïquement une qualification CNU, cette vision de long terme permet de démystifier la fin de thèse et de vivre le changement de rythme qui l’accompagne comme quelque chose de positif.



Cite this blog post
Isabelle Licari-Guillaume (2017, November 21). [Hors-série 1/2] : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le doctorat… The Armadillo. Retrieved June 13, 2024, from https://doi.org/10.58079/cz1s

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.