“Desperate topics call for desperate measures”

Enjeux méthodologiques et disciplinaires de l’étude de la bande dessinée en études anglophones

Ce billet est tiré de ma keynote address lors des doctoriales du congrès de la SAES (Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur), présentée à deux voix avec Caroline Duvezin-Caubet, ATER à l’Université de Poitiers et docteure en études anglophones spécialisée dans l’étude de la Fantasy néo-victorienne.

Cette présentation s’inscrivait dans le cadre de la thématique générale du congrès, qui était cette année “l’exception” ; il s’agit donc d’examiner des sujets d’étude inhabituels ou marginaux. Ce qui suit s’adresse avant tout aux non-spécialistes du champ de la bande dessinée et constitue un retour d’expérience sur les spécificités méthodologiques de la recherche en bande dessinée.

 

En tant que chercheuse spécialisée dans l’étude de la bande dessinée, je suis amenée à interroger les champs disciplinaires dans lequel je m’inscris, les méthodologies que j’emploie, ma posture de chercheuse, et la façon dont ces différents paramètres s’inscrivent dans le champ plus large des études anglophones.

Tous ces questionnements sont générés par la nature de l’objet qui est le mien. En d’autres termes, il s’agit de voir comment des sujets marginaux appellent des méthodologies spécifiques – d’où ce titre tapageur, « desperate topics call for desperate measures » – mais aussi de demander en quoi ces méthodologies déstabilisent ou renforcent les pratiques établies, en quoi elles sont déstabilisées ou renforcées par elles.

 

1.      Le champ de l’anglistique et ses marges

La réflexion sur les pratiques disciplinaires et les frontières entre les disciplines est d’actualité dans le champ des études anglophones, qui semble être en train de subir de profondes modifications structurelles ; le signe le plus évident en est sans doute le changement de nom de la section 11 du CNU, qui, de « Langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes » (dénomination qui laissait entièrement de côté la civilisation et la linguistique), est devenu « Études anglophones »  en date du 22 novembre 2018. Ce nouveau nom, sur le modèle des studies anglophones, semble suggérer un décloisonnement de la traditionnelle triade littérature / civilisation / linguistique, au profit d’une approche plus interdisciplinaire.

Ce changement fait écho à d’autres prises de position de la part d’universitaires majeurs, notamment dans le champ de la civilisation, à laquelle sont souvent rattachés les objets d’étude visuels et audiovisuels comme le cinéma et la bande dessinée. Je pense en particulier à l’article de Nathalie Caron et Caroline Rolland-Diamond en date du 26 aout dernier et publié sur The Conversation. Les auteures y retracent l’émergence du terme « civilisation » à l’université à la fin des années 1960, et soulignent les problèmes qui y sont rattachés – notamment à cause de l’ambiguïté d’un terme qui connote fortement l’idée de progrès, voire de supériorité d’une « civilisation » occidentale, et qui vaut souvent aux civilisationnistes des réactions incrédules de la part de leurs collègues anglophones. N. Caron et C. Rolland-Diamond affirment donc que « le mot « civilisation » a fait son temps. Il ne convient plus et doit être remplacé », notamment dans la mesure où « son objet et ses méthodes ne sont que très rarement examinés, et lorsqu’ils le sont, c’est marginalement et selon le bon vouloir des praticiens ».

Il s’agit donc de ne pas perdre de vue ce débat sur les objets et les méthodes, qui me concerne particulièrement dans la mesure où mon objet, la bande dessinée, est du fait de sa nature médiatique à cheval entre civilisation (car c’est une industrie et un média visuel, comme le cinéma, qui est rattaché à la civilisation) et littérature (car elle est liée à l’histoire du livre et peut développer des stratégies narratives similaires à celles du roman). De fait, ce positionnement ambivalent fait écho à la vision très interdisciplinaire que développent Nathalie Caron et Caroline Rolland-Diamond, qui rappellent que le champ de la civilisation inclut non seulement l’histoire mais aussi « la sociologie, la science politique, le droit, l’économie, la géopolitique, les études en arts visuels et performatifs, les études sur les médias ainsi que les ‘cultural studies’ ».

 

2.      Parcours typiques ou atypiques ?

En raison de la difficulté à positionner l’étude de la bande dessinée entre les différents champs de l’anglistique, les parcours de recherche liés à cet objet peuvent apparaître marginaux ou inhabituels. Ce statut est de surcroît compliqué par le statut culturel relativement illégitime du média. Une conséquence sans doute paradoxale de cet état de fait est que le travail sur les formes marginales ou populaires reste, aujourd’hui, dans une large mesure, l’affaire des plus privilégiés.

J’ai une anecdote à ce sujet :  en janvier 2015, Julien Baudry, chercheur, auteur d’une thèse sur la BD numérique, conservateur en bibliothèque et animateur du site Phylacterium, qui a largement contribué à cartographier le champ, conduit une série d’entretiens avec les jeunes chercheurs et chercheuses qui ont pour objet l’étude de la bande dessinée. Dans ce cadre, il me rencontre pour me poser des questions sur mon parcours et mon travail de recherche, notamment les travaux que j’avais menés durant ma scolarité à l’ENS de Lyon. A la fin de l’entretien, sa toute dernière question me prend de court : pourquoi est-ce qu’il y a autant de normaliens dans l’étude de la BD ? La réponse, à ce qu’il me semble, est tout simplement que le statut de normalienne joue le rôle d’une garantie de sérieux, de compétence, et que, sans ce gage de crédibilité, s’engager dans la voie d’un sujet perçu comme illégitime paraît périlleux dans un contexte de plus en plus compétitif. Un sujet atypique doit donc être défendu, et il se défend avant tout par un parcours « typique », une figure imposée qui conditionne la possibilité de mener des recherches sur le populaire.

Le développement des études sur un champ conçu comme populaire ou illégitime (exceptionnel…) est donc en bonne partie l’œuvre des individus les plus privilégiés, et des structures les plus élitistes. Cette tendance, en effet, est non seulement individuelle, avec des étudiants de l’ENS qui s’intéressent à la BD, pour les raisons qu’on vient d’évoquer, mais elle est aussi institutionnelle, puisque, par exemple, l’ENS de Lyon a financé pendant 2 ans les activités d’un “laboratoire junior” (structure de recherche éphémère animée par des masterants et doctorants) dédié à l’étude de la BD. De même, l’obtention d’un contrat doctoral fléché « normalien » permet de choisir librement son directeur de thèse parmi l’ensemble des professeurs d’université français, ce qui facilite également l’accès aux spécialistes de questions marginales – lorsque j’ai commencé ma thèse, il n’y avait qu’un seul chercheur en études anglophones spécialisé dans la bande dessinée et habilité à diriger des recherches.

Cette situation est peut-être en train de changer pour le mieux, car j’ai l’impression que de plus en plus de jeunes doctorants et doctorantes dans le champ de la BD sont issus d’un cursus universitaire – reste à déterminer les possibilités qui leur seront offertes ensuite en termes de recrutement. On voit donc que la marginalité d’un objet résonne avec des questions bien plus larges liées aux conditions de la recherche, au nombre de postes et à la façon dont les contrats doctoraux, et ensuite les postes de maître de conférences, sont attribués.

 

3.      Objets exceptionnels

La tension entre le légitime et l’illégitime (ou entre le central et le marginal, le high-brow et le low-brow, si l’on préfère avoir recours aux métaphores spatiales) n’est pas seulement liée au contexte universitaire et disciplinaire ; elle est également liée aux spécificités de l’objet lui-même.  

En effet, la bande dessinée en tant que média se trouve au carrefour de plusieurs tensions structurantes. J’en aborderai trois ici :

1) Tension entre l’iconique et le verbal, liée à la nature iconotextuelle de la BD. Malgré le recentrement de l’époque contemporaine sur le visuel, nous baignons toujours dans une culture où l’image est perçue, dans la continuité de la tradition judéo-chrétienne, comme moins complexe ou moins noble que le verbe – c’est la Bible du pauvre, la Bible de ceux qui ne savent pas lire. Ces suppositions jouent à plein dans le fait que la bande dessinée est souvent assimilée à une forme enfantine (alors même qu’il existe et a toujours existé de la bande dessinée pour adultes, à commencer par la BD de presse).

Pourtant, l’image n’est pas si instinctive ou transparente qu’il n’y paraît ; la lecture de la bande dessinée en particulier suppose une forme particulière d’apprentissage, une « comics literacy » sans laquelle on tend à lire les mots mais pas les séquences narratives en elles-mêmes (c’est pourquoi de nombreuses personnes déclarent qu’elles ne « comprennent pas la BD »). Crucialement, de nombreux chercheurs arrivent à la bande dessinée après des études de lettres (ceux qui ont un parcours d’histoire de l’art sont beaucoup plus rares) ; nous sommes donc sous-équipés pour parler de l’image, et il est facile de suivre la pente du verbal (l’élément « haut » de la BD) en laissant de côté l’image, élément « bas » qu’on a trop tendance à reléguer au statut d’illustration, c’est-à-dire d’élément second voire secondaire.

2) Tension entre le légitime et l’illégitime ; comme l’explique très bien Eric Maigret dans « La reconnaissance en demi-teinte de la bande dessinée » (Réseaux 67 p. 113-140), un article un peu ancien mais toujours pertinent, la bande dessinée est une forme qui n’en finit pas de chercher à se légitimer. Au contraire du cinéma, qui naît lui aussi à la fin du XIXème siècle, la BD tarde à trouver droit de cité dans la recherche en général, et on a parfois l’impression que des formes plus récentes comme le jeu vidéo et les séries télévisées sont arrivées plus rapidement qu’elle à un statut analogue.

Les choses sont en train de se modifier mais jusqu’à récemment, de très nombreux articles commençait par une justification de la pertinence de l’étude de la BD. Le besoin de légitimation se répercute aussi sur les objets étudiés : ainsi, des genres « littéraires », comme le récit autobiographique, et des thématiques « sérieuses », comme la guerre ou la Shoah, sont souvent les objets les plus étudiés, de part et d’autre de l’Atlantique, comme en témoigne la canonisation de Maus d’Art Spiegelman.

En fait, cette stagnation est liée aussi à une revendication du statut contre-culturel, rebelle et donc marginal du média. Par ailleurs, la frontière entre universitaire (légitime) et fan (illégitime) peut se révéler particulièrement poreuse ; dans l’aire francophone, les premiers chercheurs sur le sujet sont souvent issus du mouvement bédéphile qui se structure dans les années 1970. La revendication de l’illégitimité est un discours que l’on trouve aussi chez les créateurs eux-mêmes, qui peuvent en même temps revendiquer un statut d’auteur (la reconnaissance de ce statut représentant un réel enjeu économique), et en même temps se réjouir d’opérer dans au sein d’un média relativement obscur qui leur laisse toute latitude d’expression.

3) Enfin, et j’ai commencé à en parler en évoquant l’importance matérielle du statut d’auteur : étudier la bande dessinée suppose un jeu d’équilibriste entre les motivations internes de la forme et ses motivations externes. Dans la BD américaine, par exemple, le dispositif de production fragmenté (« à la chaîne »), le rythme de parution soutenu et l’hégémonie de grandes maisons d’éditions qui emploient les créateurs sur le mode du « work-made-for-hire » ont un impact direct sur la forme de l’objet produit.

L’ensemble de ces tensions structurantes ainsi que la jeunesse du champ de l’étude de la bande dessinée font qu’il est particulièrement important pour les chercheuses et chercheurs de s’interroger sur leurs pratiques et de développer une méthodologie adaptée à leur objet.

 

4.      Pratiques exceptionnelles

La recherche en bande dessinée bande dessinée est un champ en cours de construction, qui est d’ailleurs plus avancé outre-manche et outre-Atlantique, où les Comics Studies commencent à trouver droit de cité. Comme toutes les autres studies, celle-ci a tendance à faire feu de tout bois en termes de méthodologie – ce qui est à la fois une force et une faiblesse : Charles Hatfield, spécialiste de comics studies états-unien, affirme ainsi dans un article de 2010 qu’il y a une “indiscipline” des études sur la BD, c’est-à-dire une sorte de mélange des genres qui découle en partie de l’autonomisation incomplète du champ, en partie de la complexité médiatique de la bande dessinée elle-même.

Cette indiscipline a des avantages et des inconvénients. D’un côté, elle est ouverte à des pratiques méthodologiques très mixtes et permet de combiner différentes approches, construisant ainsi une connaissance profondément transdisciplinaire, qui tire profit des études littéraires, visuelles et cinématographiques, mais aussi de l’histoire du livre et de l’édition, de la sociologie des médias, etc. Dans le pire des cas, cela peut mener à ce que Mark Singer dénonce dans Breaking the Frames (2019) comme une forme de « populisme », c’est-à-dire une approche presque hagiographique des textes, qui est le résultat direct de la marginalisation du média (il faut défendre son objet à tout prix). Singer est très critique de cette tendance et appelle au contraire à rediscipliner le champ, à lui enlever son exceptionnalité pour au contraire bénéficier des méthodologies exigeantes.

Dans ma pratique personnelle, il est clair que l’interdisciplinarité joue un rôle prépondérant, avec une méthodologie mixte, qui fait appel principalement à l’histoire culturelle (héritée directement de mon directeur de thèse Jean-Paul Gabilliet), mais qui s’intéresse aussi à la sociologie des médias et ne s’interdit pas des incursions dans l’analyse formelle ou les gender studies.

Cette approche est sans doute ancrée aussi dans l’autoformation, puisqu’il n’y a pas de cours institutionnels sur la BD dans les universités française et, je ne vous apprends rien, pas de comics au programme de l’agrégation, (alors qu’il y a un film chaque année, même si celui-ci est dans un rapport de subordination plus ou moins explicite vis-à-vis du texte qu’il adapte). Comme cet apprentissage autodidacte n’est pas régulé par un cadre institutionnel strict, il a tendance, je pense, à produire une connaissance moins cloisonnée.

Cette marginalité de la BD au sein de l’enseignement supérieur rend d’autant plus importante la création et l’entretien de réseaux de spécialistes qui sont souvent éparpillés sur différents champs disciplinaires ; en France, cet effort s’est notamment concrétisé à travers la fondation de l’association la Brèche, sous l’impulsion de l’historienne Jessica Kohn et de l’archiviste- paléographe Julien Baudry. La Brèche compte actuellement une cinquantaine de membres ; elle revendique une structure profondément interdisciplinaire, et s’attache à faire dialoguer universitaires et professionnels de la bande dessinée.

Mais l’entretien d’une communauté de chercheurs passe aussi par l’usage des réseaux sociaux : pour moi, l’usage de Twitter a été déterminant, notamment pour renforcer la communication avec les spécialistes anglo-saxons du champ. Ce réseau social est également propice à la recherche de terrain, et m’a permis d’obtenir des entretiens avec plusieurs professionnels du milieu de la BD. J’ai notamment pu parler à l’ex-directrice de la collection de comics Vertigo, dont la contribution a été très utile lors de la rédaction de ma thèse.

Cette proximité avec les acteurs du champ est sans doute l’un des traits remarquables de mon activité de recherche. Et plus globalement, l’étude d’un matériau contemporain nécessite une immersion qui dépasse la posture habituelle du chercheur et contraint à adopter celle du fan – le festival d’Angoulême par exemple est une étape obligée, car c’est là que l’on peut rencontrer tant les auteurs que la communauté des chercheurs.

Enfin, le rapport des chercheurs à l’image ouvre des portes vers des approches practice-led et practice-based research, sur l’usage de la BD comme discours scientifique – on peut se référer à l’exemple fondateur de Understanding Comics de Scott McCloud, et plus récemment à la thèse de doctorat de Nick Sousanis, Unflattening. Dans les deux cas, la bande dessinée est envisagée comme discours scientifique, avec l’idée que la réintroduction du visuel permet de mettre au jour des problématiques spécifiques. A une échelle plus modeste, la collection « Graphic science » hébergée par la revue en ligne The Comics Grid et dirigée par Nicolas Labarre et Ernesto Priego, ou des initiatives comme Telling science drawing science invite à la création d’articles de recherche sous forme séquentielle.  

L’idée qui sous-tend cette pratique, à laquelle je souscris largement, c’est qu’il est important pour les chercheurs d’acquérir une expérience pratique de la narration en bande dessinée. L’essentiel n’est pas tant de posséder un niveau de dessin professionnel, mais de chercher à faire l’expérience de la mise en page, du rythme, etc., afin de le réopacifier et donc de pouvoir l’analyser. Plus largement, de même que tous les chercheurs en littérature écrivent (même si ce n’est pas forcément de la fiction), il me paraît sain que tous les chercheurs en BD dessinent (même si ce n’est pas du récit séquentiel).

 

5.      Valoriser une recherche “exceptionnelle” ?

La dernière partie de ce billet porte sur l’après-thèse sur le plan de la recherche, en particulier sur les possibilités d’intégration dans l’université françaises et de diffusion de la recherche auprès du grand public.

Il y a un gros travail de vulgarisation à faire auprès du grand public, car ce sont des sujets qui intéressent, mais qui sont parfois mal connus  (indépendamment du fait que beaucoup de fans possèdent une érudition très complète et une forme d’expertise assez poussée). J’ai un certain nombre de demandes d’interventions pour des conférences publiques, notamment auprès des bibliothèques (autour du lien entre bande dessinée et éducation du jeune public ; j’ai notamment travaillé la question de la représentation des stéréotypes féminins  et suis aussi intervenue en convention (cette fois plutôt pour ce qui concerne les comics et le genre superhéroïque).

Enfin, pour ce qui est de la poursuite d’une carrière universitaire après un doctorat sur la bande dessinée, je voulais souligner le fait que les sujets “marginaux” ne sont pas nécessairement un point négatif lors du recrutement, et peuvent être mis en avant comme des atouts. Dans mon cas particulier, le positionnement intermédiaire de ma méthodologie entre approche historique et analyse formelle, mais aussi entre champ britannique et champ américain, a été rédhibitoire pour les postes sur lesquels les collègues recherchaient un profil classique très précis, ce qui est parfaitement normal – mais il a au contraire été plutôt favorable pour d’autres, parce qu’il garantissait une certaine adaptabilité.

Il me semble, plus largement, qu’au vu des transformations profondes que connaît l’université du point de vue des publics qu’elle accueille, beaucoup d’établissements voient d’un bon œil l’arrivée de jeunes chercheurs qui travaillent des sujets contemporains et sont prêts à interroger la vision de l’université comme tour d’ivoire de la connaissance – même si interroger n’est pas nécessairement remettre en cause.

 



Cite this blog post
Isabelle Licari-Guillaume (2019, June 11). “Desperate topics call for desperate measures” The Armadillo. Retrieved May 30, 2024, from https://doi.org/10.58079/cz1x

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.